Comment la corruption a effondré le Mali 1968/2021

Mali: A-t-on vraiment besoin d’un dialogue pour lutter contre la corruption, une des causes principales de la pauvreté ?

N’est-ce pas un devoir primaire d’un gouvernement ? Un dialogue est un instrument de démocratie. Il ne donne pas de résultat concret dans un régime issus de la fraude électorale comme le régime de IBK .

Les maliennes et maliens « pleurent « Des milliers d’affaires restent en suspens et les jugements ne sont pas exécutés depuis des années au Mali 🇲🇱 à cause de ce mal qui ronge tous les secteurs de ce pays

Ce sont les maux partout en Afrique, et c’est dommage quand même qu’on ne puisse en aucun cas les résoudre

Apres l’echec des 30 dialogues inclusifs sur le thème « vous devez quitter le fauteuil pour que je m’y installe' », je propose un dialogue sur le thème « comment lutter contre la pauvreté en faisant en sorte que les richesses du pays profitent à tous et non à une petite minorité »

Être Président c’est décider et agir, si IBK avait eu le courage de rendre justice au nom du peuple malien lutter contre la corruption il serait encore président de la Rep. du Mali avec nos applaudissements/appréciations. Il aurait ses 10ans tranquilles, mais il s’agit du Mali.

l’injustice Sociale et la corruption.
Est-ce que la même chose guette les autres pays de la sous-region ?
absolument.

Le bulldozer juridique du Mali est au travail, d’autres suivront bientôt. Aucun retour possible pour la renaissance de la justice pour tous au Mali. C’est avancer et maintenant ou périr ensemble c’est-à-dire la désintégration accélérée du Mali due à l’impunité et la CORRUPTION.

« L’aide internationale s’est accrue brutalement, alors que ce pays n’avait pas d’État ni de gouvernance suffisamment forte pour la gérer. Cela a créé un effet d’aubaine, qui s’est traduit par une augmentation de la corruption »

À la corruption et la délinquance financière au Mali s’ajoute une spéculation foncière qui serait le fait des maires des grandes villes du Mali

Boubey Maiga -Ex PM de IBk -surnommé « le Tigre « sous mandat de dépôt et en détention au Mali à quand le tour des autres ?

Dans le journal Figaro du Mali datant du 27/ 08/2021 Professeur Clément Dembele je le cite en répondant aux partis des prévenus

« Concernant la question de l’instrumentalisation de la justice soulevée par des magistrats, Clément Dembelé estime que « quelle que soit la façon d’arrêter un voleur, il faut l’arrêter ». « La ’objectif, c’est de pouvoir arrêter un moment quelqu’un qui n’a pas eu pitié, ni peur, ni moralité, de piller les biens publics. Aujourd’hui, si la Cour suprême arrête les gens, continuons le processus. Peu importe la formule, allons-y et nous allons arriver au bout », conclut-il. Source : RFI

Le mythe d’OSIRIS

Le mythe d’Osiris révèle ses « mystères engloutis d’Égypte »

Franck Goddio est un aventurier. Depuis 1990, cet explorateur des eaux profondes sillonne la baie d’Aboukir, sur la côte égyptienne, et tente de relever un défi de taille : cartographier avec toujours plus de précision l’ancienne région de Canope, submergée depuis le VIIIe siècle. L’archéologue français a ainsi exhumé le port et le temple de la ville de Thônis-Héracléion, située à 30 kilomètres au nord-est d’Alexandrie. Malgré l’importance de ces découvertes, le plongeur relativise : « Ce que l’on a trouvé ne représente que 2 à 3 % de ce qui existe encore sous l’eau. »
Président de l’Institut européen d’archéologie sous-marine (IEASM), Goddio connaît parfaitement la valeur de chacun des 293 objets présentés à l’exposition « Osiris, mystères engloutis d’Égypte », dont il est également le commissaire. D’autant plus qu’il paraît difficile, voire impossible pour lui d’ignorer qu’au même moment, de l’autre côté de la Méditerranée, des villes entières et leurs vestiges millénaires sont éradiqués de l’humanité, victimes de l’obscurantisme pandémique. Franck Goddio prend ainsi conscience du message envoyé par ces œuvres, mémoires de l’Égypte antique. « Préserver un patrimoine est essentiel. Ceux qui le détruisent enlèvent à leurs enfants la possibilité de bien comprendre leur présent et de prévoir le futur. »
Par Osiris !
Parmi les antiquités exposées à l’Institut du monde arabe jusqu’au 31 janvier 2016, 250 sont directement issues des trouvailles de son équipe, et 43 ont été prêtées pour la première fois par les musées du Caire et d’Alexandrie. « Dès les premières fouilles, le dieu Osiris s’impose. À plusieurs endroits, on retrouve son effigie, des objets de culte », explique le passionné. Le dieu des Dieux est au cœur de cette exhibition. Son mythe et ses mystères y sont expliqués à travers des statuettes, des jarres, des médaillons représentant sa sœur et femme Isis, ou encore leur fils, engendré après la mort d’Osiris : Horus.
Il aura fallu trier parmi les 15 000 pièces révélées par les fouilles pour composer le parcours de l’exposition. Un travail minutieux, réalisé par la muséographe Martine Thomas-Bourgneuf. « Nous sommes parvenus à réunir pour la première fois des objets d’exception », précise avec enthousiasme l’égyptophile. Pour elle, le mythe d’Osiris est avant tout un symbole d’espoir. Celui de voir le bien triompher du mal. Or, dans le contexte actuel d’un monde arabe en plein naufrage, l’exposition dépasse son rôle premier de présenter des œuvres culturelles ou artistiques, et porte assurément un sens politique : celui de lutter indirectement contre ceux qui effacent le passé de l’humanité.

Accord d’Alger /MALI

J’ai eu un échange courtois et convivial avec Nicolas Normand sur la présence française au Mali 🇲🇱 en face de L’IRIS
Mr Nicolas Normand était l’ambassadeur de la France 🇫🇷 au Mali 🇲🇱 en 2013 pendant l’opération #serval au Mali , nous connaissons le reste de l’histoire (8ans après)

accord d’Alger parce que il est tout simplement le premier auteur ✍️ de l’article dans le monde

LE MONDE AFRIQUE

« L’accord d’Alger entre Bamako et les rebelles armés a créé plus de problèmes qu’il n’en a réglés »
TRIBUNE
Nicolas Normand
Pour Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali, « il est urgent de réviser le compromis signé en 2015 ».

J’ai pointer des contradictions juridiquement sur l’accord d’Alger 2015 en vidéo et dans mon blog WordPress

Convergence :

accord d’Alger 2015 , un accord éthique et dangereux qui peut mener le mali 🇲🇱 vers une répartition tribale

alphacondé la chute de la grosse patate 🥔 en #guineeconakry

fraudeelectoral et #afriquefrancophe

tripatouillageelectoral notamment les trois mandats

Divergence :

Wagner au #Mali

panafricanisme

barkhane

Le prochain échange entre Mr Nicolas Normand et moi sera arbitré par Abdoul Karim Yacoub , the best.,

Histoire de Afghanistan

Fait historique intéressant du jour: qu’est-ce qui est dans une image?

D’abord, voici une leçon d’histoire sur l’Afghanistan. De 1933 jusqu’à 1973, l’Afghanistan a été gouverné sous un homme nommé Mohammed Zahir Shah. Tandis qu’il était un Musulman dévot, il avait une éducation Occidentale en France. Son règne a marqué quatre décennies de paix et la stabilité. Avec l’introduction d’une constitution l’Afghanistan s’est progressivement développé dans un état démocratique moderne avec des élections libres et un Parlement, aussi bien qu’une poussée massive pour des droits de la femme, le suffrage universel, l’éducation, les droits du travailleur et des droits civils. Ainsi oui, l’Afghanistan réussissait en années 60 comme cette photo suggère. Cependant, la photo ne vous donne pas de contexte pour ce qui s’est passé mal.Pendant cette période à temps(dans le temps), l’Union soviétique avait une influence forte en Afghanistan. Ils ont supporté(soutenu) la modernisation et l’enseignement(éducation) dans l’état Afghan. Les États-Unis, ne voulant pas risquer leur hégémonie dans la région, avaient clairement un problème majeur avec ceci. Ils ont été terrifiés de la diffusion de Communisme et ont rapidement développé un plan. L’Afghanistan deviendrait l’échiquier de la Guerre froide. À la fin des années 80, les Saoudiens, les Pakistanais et les Américains ont apporté(introduit) des Islamistes radicaux du monde entier. Ils se sont armés, formé et les ont adressés(dirigés) dans une force militante et ils ont été appelés le mujahideen. Ils sont devenus le délit principal des États-Unis contre les Soviets. Il ne devait pas défendre les Afghans contre les Soviets qui étaient prêts à retirer, mais livrer tant de mal contre eux imaginable. Le charretier a voulu l’Afghanistan
Taliban et Al Qaeda ne représentent pas de milliers des années de culture Afghane et l’Islam. Ils sont une réaction directe à l’impérialisme Occidental. La cause première pour la disparité entre les deux images est l’intervention étrangère. Pas Islam et certainement pas les gens(le peuple) Afghans.

Deuxièmement, voici une histoire sur l’Iran. Avant 1953, l’Iran a été gouverné(décidé) sous un homme démocratiquement élu appelé Mohammad Mosaddegh. Sous son règne l’Iran a vu un mouvement progressif de réformes sociales et politiques. Pendant ce temps la Grande-Bretagne a essayé d’établir une compagnie pétrolière (le Pétrole britannique) sur le sol iranien et a promis de partager le bénéfice et la technologie avec le gouvernement iranien. Cependant les Anglais, comme d’habitude, n’ont pas honoré leur accord. Eux et les États-Unis, ont commencé à voler l’huile(le pétrole) de l’Iran. Principal

En novembre 1978, le Président le Carter a nommé George Ball du groupe Bilderberg, un autre membre de la Commission Trilatérale, être à la tête d’une Maison Blanche spéciale le groupe de travail de l’Iran sous Brzezinski du Conseil de Sécurité nationale. La boule(balle) a recommandé que Washington laisse tomber le support(l’assistance) pour le Schah de l’Iran et le support(l’assistance) l’opposition Islamique fundamentalistic d’Ayatollah Khomeini. Robert Bowie de la C.I.A. était une de l’avance(du plomb) ‘ les officiers traitants dans le nouveau coup(coup d’État) MENÉ PAR C.I.A. contre l’homme leurs actions secrètes(cachées) avaient placé(situé) dans le pouvoir(la puissance) 25 ans plus tôt.

Leur plan(arrangement) a été basé sur une étude détaillée du phénomène de fondamentalisme Islamique, comme présenté par l’expert Islamique britannique, docteur Bernard Lewis, ensuite sur la mission(l’attribution) à l’Université de Princeton aux États-Unis. Le plan(l’arrangement) de Lewis, qui a été dévoilé au mai 1979 Bilderberg la réunion

Londres faisait chanter et mettait l’énorme pression économique sur le régime du Schah en refusant d’acheter la production de pétrole iranienne, prenant seulement 3 millions environ des barils quotidiennement d’un minimum accepté de 5 millions de barils par jour. Ceci a imposé des pressions de revenu dramatiques(spectaculaires) sur l’Iran, qui a fourni le contexte dans lequel le mécontentement religieux contre le Schah pourrait être éventé par des agitateurs formés déployés par l’intelligence britannique et américaine. De plus, les grèves(coups) parmi des travailleurs(ouvriers) pétroliers à cette jointure(tournant) critique ont paralysé la production de pétrole iranienne.